Conduire le changement avec un autre paradigme pour rebondir et sortir de la crise

Avec le risque sanitaire et l’effondrement économique consécutif nous sommes entrés dans une crise majeure et globale, où nous allons être confrontés à notre capacité de changement individuelle et collective. L’ampleur de la difficulté tient à ce que cette perturbation de l’équilibre économique est complexe dans la mesure où s’y potentialisent les déficits de l’offre à ceux de la demande en même temps et du fait que la pandémie a étendu la déficience au niveau mondial.

Il ne suffira pas, pour surmonter cette épreuve à plusieurs dimensions, de recourir à quelques aménagements, en espérant retourner rapidement à la « normale » et retrouver le confort de nos habitudes. Seules, une volonté sans faille d’anticipation et une vision plus radicale permettront de dépasser le cap critique et ne pas voir s’accomplir, malgré soi, les prédictions de catastrophes annoncées. Nous sommes capables de nous redresser avant d’atteindre le fond. Même affaiblis, c’est le moment opportun de rassembler nos forces pour faire autrement et changer ce qu’il faut à la lumière de notre analyse de la situation, y compris les modèles habituels, s’ils s’avèrent obsolètes. Nous sommes entrés dans un moment de rupture, c’est la prise de conscience et ce que nous allons en faire qui fera la différence face à l’incertitude.

L’expérience d’ABSILIA en gestion de crise dans le monde professionnel sur les plans psychique et psychosocial valide trois directions de travail :

Il y a là une nécessité de prise de conscience à tous les étages des organisations de travail et la mise en œuvre de moyens diversifiés, tout aussi nécessaires que la poursuite de préventions contre la contagion biologique.

  • Les crises sont toujours révélatrices de dysfonctions antérieurement cachés. La vulnérabilité acquise héritière de l’urgence sanitaire et son traitement ont laissé de telle séquelles qu’il ne pourra plus être possible de faire comme avant.  En conséquence, les pratiques de chacun devront être évaluées et remisent en questionnement. Pour prendre la juste mesure des modifications à entreprendre il est pertinent d’opérer un diagnostic de situation critique pour dégager une représentation rigoureuse et partageable des ressources à disposition, assorties des moyens de les renforcer et de l’état des déficits, leurs natures, leurs processus et les scénarios d’amélioration qui sont envisageables. Un diagnostic étant le début d’une stratégie de changement, il devra être suivi d’un plan de mise en œuvre, d’un plan de communication et d’un plan d’évaluation et d’ajustement pendant son déroulement.
  • La prise de conscience et les décisions des gouvernances et des managers à la lumière des résultats de l’analyse, dans la considération des enjeux et de la stratégie feront la différence. Le dépassement de cette crise nécessite des changements de pilotage, de référentiel système sur plusieurs plans et la construction d’un autre rapport social au sein des organisations de travail. Notre rapport au travail, son sens pour chacun, les manières de gérer l’activité et la collaboration seront des objets prioritaires de la réflexion. Il nous faut gérer cette crise et augmenter nos capacités d’affronter les suivantes.

Pour soutenir cette responsabilité ABSILIA propose conseil, accompagnement et formations dans une complémentarité coordonnée des approches en lien étroit avec les choix stratégiques des établissements : accompagnement des dirigeants et CODIR, formation des managers sur les compétences en régulation, développement de la compétence collective, médiation, coaching…

Accéder à la Bibliographie :

Bibliographie

Certification OPQF délivrée par l’ISQ

Fait partie des 17 cabinets reconnus par la FIRPS pour la qualité de leur travail

Classé depuis 12 ans par le Magazine Décideurs parmi les meilleurs cabinets dans la catégorie Risques psychosociaux & qualité de vie au travail