Stratégie de coping

Depuis la pandémie, nous prenons collectivement conscience de notre vulnérabilité face à la contagion biologique, au déséquilibre psychologique et à la dépression de l’économie. La montée de fortes émotions négatives réclame le déploiement de stratégies pour rétablir notre équilibre, les stratégies de coping y contribuent.

Lazarus et Folkman (1984) définissent le coping comme l’ensemble des efforts cognitifs et comportementaux déployés pour gérer des exigences spécifiques internes et/ou externes qui sont évaluées par la personne comme consommant ou excédant ses ressources.

On peut différentier 4 stratégies de coping (pour faire face aux situations stressantes) en opposition à la première réaction (non volontaire) qui se réduit à l’évitement de la situation: la résignation/déresponsabilisation, l’acharnement, le lâcher prise et la modification de la situation.

  • Comprendre ce que sont les stratégies de coping

  • Apprendre à identifier les différentes stratégies que l’on peut mettre en œuvre face à une situation de stress perçu

  • Analyser la pertinence des stratégies en fonction de la situation de travail

  • Apprendre à analyser les situations de travail pour repérer les sources de stress et agir de manière plus efficace

 

Calque 6

L’évitement de la situation

  • Engourdir ses émotions et sensations : dépendance ou abus de drogue, alcool ou médicaments, hypersomnie.
  • Bloquer les pensées déplaisantes et pratiquer, avec excès, des activités compensatoires : achats impulsifs, alimentation, jeux électroniques ou de hasard.
  • S’éloigner des sources de stress : certains lieux, personnes ou activités aversives.

 

La résignation / déresponsabilisation

  • Se plaindre, s’apitoyer, blâmer les autres sans reconnaître ses propres fautes ou manquements.
  • Subir la situation, se sentir impuissant à la changer même si, en réalité, elle pourrait l’être.
  • Se déresponsabiliser face à ce que l’on pourrait faire, laisser les autres trouver des solutions ou s’occuper des problèmes, procrastiner.

 

L’acharnement

  • S’obstiner à poursuivre des stratégies d’action inefficaces, puisqu’il n’y a pas de contrôle possible sur la situation.
  • S’entêter à vouloir atteindre un résultat irréaliste, voire impossible.
  • Se responsabiliser pour des problèmes qui appartiennent aux autres.

 

Le lâcher-prise

  • Accepter sereinement de composer avec la réalité : soi, les autres, la situation.
  • Nourrir des exigences et attentes réalistes, accepter les limites de son pouvoir et de ses capacités ainsi que celles des autres.
  • Se concentrer sur le positif, relativiser l’importance d’un problème et dédramatiser ses conséquences. Choisir ses batailles et cesser de vouloir modifier une situation sur laquelle on n’a as de pouvoir.

 

La modification de la situation

  • Augmenter ses ressources et capacités : rechercher l’information pertinente et développer ses compétences.
  • Agir concrètement : communiquer, analyser, planifier et organiser son temps, ses tâches et son environnement, fournir les efforts nécessaires pour accomplir ses tâches et persévérer.
  • Obtenir le soutien instrumental du réseau social : recevoir de l’aide directe, des ressources ou des conseils pour identifier et appliquer des solutions concrètes.

 

A partir de situation vécue par les stagiaires, apprendre à repérer les stratégies adoptées ainsi que leur pertinence vis-à-vis des situations:

  • Mise en lien des différentes postures et des différents outils de gestion du stress.